Ôde à l’évolution médiatique

Mes amis sont les journaux,

Bien souvent ils décrivent mes maux.

Ceux d'une philanthrope 

Qui des mots en a plein la hotte.

"Lâche les rennes!" m'ont-ils dit

Voyez, eux ne peuvent être mes amis

La compréhension du monde m'est nécessaire

Dirait-on: " Oublie tout " à Aimé Césaire ?

Il nous dirait d'aller de l'avant,

 Et de ne pas trop prendre notre temps.

Car le monde évolue sans attendre les gens,

Qui d'une époque révolue se délecte.

Tandis qu'une génération entière,

Vogue sur ces nouvelles rivières.

Médias suivez, mais restez correct,

Car sur ces nouvelles eaux,

 vous n'êtes que des insectes,

Noyés dans le flot de milliard de mot,

Qui substance les réseaux sociaux.



Mily